Quand j'étais enfant

Publié le par Eryn



Quand j’étais enfant, je vivais au(x) jardin(s). De celui de la maison à celui de ma grand-mère, en passant par ceux des voisins, ma rue à moi n’était que jardins familiers.
 
Les matins m’y croisaient pieds nus dans l’herbe mouillée, les soirs m’y retenaient assise dans un arbre avec un livre, les étés m’y étouffaient dans la langueur d’un hamac de fortune…
 
Les jours de pluie y traçaient mes chemins d’aventures.
Les branches basses des pommiers recélaient des cachettes odorantes, bruissant de conversations mystérieuses où j’apprenais en secret le langage du vent.
Les frissons contenus - rester immobile le plus longtemps possible, comme pour jouer au naufragé embusqué à l’approche d’animaux sauvages - et la grimace réprimée sur l’âpreté des fruits verts, croqués avec défi, m’initiaient déjà, sans le savoir, à la lutte impassible : la vie saurait bien des fois m’en prouver l’utilité.
 
Les nuits y étaient magiques.
Restée éveillée ou réveillée par un silence trop dense, je me glissais hors de la couette pour me couler dans l’obscurité vibrante. Un peu tremblante, de peur d’être découverte et punie, j’y retrouvais les chats en quête de mulots, d’araignées et de papillons nocturnes, les hérissons attablés à la gamelle des chats, et, surtout, les étoiles.
Les étoiles étaient mes confidentes.
Je me tordais le cou pour leur parler, les questionner sur tout ce qui existe et qu’elles seules devaient connaître : elles étaient là depuis si longtemps ! Quand enfin je regagnais mon lit, épuisée, la nuque douloureuse et le corps transi, leur éclat restait longtemps imprimé derrière mes paupières. Le sommeil pouvait enfin venir, les rêves m’apporter les réponses.
 
Quand j’étais enfant j’y enterrais les billes de mon frère et je préparais de la potion magique avec de la terre et des herbes aromatiques.
Il suffirait de respirer, de creuser un peu…
 

sur la proposition de chaîne de Dahud - jeu d'écriture : "quand j'étais enfant" (sept.2006)

Publié dans contreaddictions

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article