Jours sans ivresse

Publié le par Eryn

S’assoir pour broder.

S’installer pour tricoter.

Mais la tristesse ?

 

Poser les yeux sur la fleur,

sur ce bonheur du jour

au petit jour.

Mais le silence, mais l’absence ?

 

Fredonner un air qui passe,

fugace,

sans début et sans fin.

Mais le doute, mais la déroute ?

 

Caresser le chat.

Recommencer,

entamer un autre ouvrage,

S’évader, rêver.

Mais l’attente ?

Mais tous ces manques ?

 

Mais la tristesse, mais la tristesse…

Publié dans contreaddictions

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

sieglind la dronne 27/01/2009 09:31

Problème de la broderie, de la couture, du tricot, c'est que l'esprit a le temps de tourner, pas bon des fois ma belle, pas bon du tout (c'est pour ça que j'ai choisi taekwondo hé, hé)bécots et désolée pour le retard, peux pas faire autrement

Planeth 21/01/2009 12:16

Ben! ben, viens-t'en faire un tour par icite, tudsuite! Un thé près du poele!bizous

Koulou 20/01/2009 11:47

:0091:

Koulou 19/01/2009 19:24

Oooh toi t'as pô l'moral pour écrire des choses comme ça... Même si c'est fort bien écrit du reste.+ Bon, Dr Koulou à un remède pour toi... Tu vas me relire ça chaque jour, une à trois fois jusqu'à bien t'en souvenir ... Et si ça va pas mieux, on avisera. :0010:

Eryn 20/01/2009 09:22


:-)) merci pour le lien, je garde précieusement ! t'ai répondu là-bas


Kildar 14/01/2009 13:11

... Pourquoi en lisant ce poème ai-je envie de pleurer ???... Peut-être parce que je me sens comme un air qui passe, fugace.

Eryn 20/01/2009 09:22


c'est juste que je préfère faire pleurer les mots (ou les autres à ma place ? pardon) que m'abimer les yeux, eux j'en ai trop besoin... :-)